1

- Le Dossier Général WiFi -
cliquer

 

- Avenir incertain pour l’AFSSET.

- L'AFSSET, une agence menacé.

 

- " Danger sur les ondes "
Next-up : Ester en justice contre l'AFSSET et le Ministre de la Santé ?

 



Médias : Sur demande les photos libres de droits sont disponibles en Haute Définition (avec ou sans incrustation de texte).



Moyenne de l'irradiation rapprochée du WiFi entre les cuisses 6 à 9 V/m.
(dossier scientifique Fertilité masculine et Féminine en cours)

La réalité (preuve) par un relevé de mesures d'irradiation du WiFi (2,4 GHz)
Graphe d'un relevé de mesures : position d'utilisation courante ordinateur posé sur les cuisses (sonde mesures entre).
Directement contre l'antenne les mesures sont plus élevées et nettement plus basses vers la tête où la poitrine.

Relevé des valeurs d'irradiation WiFi entre les cuisses, vers les gonades et ch.ovaires
Graphe relevé de mesures réalisé avec FIELDMETER CA 43 étalonné équipée sonde isotropique 2500 MHz type EF2A



Exemple de visualisation spaciale du CEM de la partie supérieure d'un clavier d'un ordinateur portable avec WiFi
- Valeurs : Tables conversions dBm et Table d'équivalences -

4

- Graphes d'irradiations comparatifs -

Extrait du
Dossier (en anglais) de
Powerwatch
en réponse à Ben Goldacre
concernant l'émission
Panorama de la BBC sur le WiFi

 

L'utilisateur du WiFi
est-il informé de la réalité des irraditions (zone sécurité ) ?




- cliquer sur l'image - (depuis que Next-up diffuse cette image, WiFi Montauban l'a retirée de son site ! )

 

L' AFSSET 2007 . . . n'est toujours pas crédible.

Evaluation scientifique et Politiques : " Le mérite de la clarté."

Evaluation de l’exposition aux radiofréquences
dans la population générale : une étude pilote.

J.F. Viel, M. Hours, E. Cardis, R. de Seze


Radiofréquences: téléphones et micro-ondes (Fours à micro-ondes),
principales sources d'exposition






L' AFSSET 2007 . . . n'est toujours pas crédible.

Le Professeur Jean-François Veil en collaboration avec les Drs Elisabeth Cardis, Martine Hours et . . . René de Seze ont réalisé la première phase d’une étude d’évaluation globale de l’exposition aux radiofréquences de la population pour le compte de l’AFSSET.
- En préliminaire dans un souci de transparence nous conseillons aux internautes de prendre connaissance des Déclarations d'Intérêts concernant deux des experts ayant participé à cette étude, Hours Martine et Seze (de) René.

- Cette étude est une réponse faite dans l’urgence suite aux préoccupations exprimées par de nombreux scientifiques et ONGs du monde de par la généralisation "foudroyante" du WiFi dans le cadre de vie, sans réelle étude d’impact.

Nous pensions peut-être naïvement que l’AFSSET 2007 avait changé, qu’elle voulait se redonner une nouvelle image de crédibilité, notamment avec un extériorisation médiatique fin 2006 et l’arrivée de nouveaux scientifiques qui avaient jusqu'à présent "bonne presse" tel que le Pr Jean-François Veil.

Nous n’allons pas nous égarer dans les méandres stériles d’analyses d’une énième étude, mais faire acte d’intelligence et de discernement.

Si le WiFi est libre de déploiement, néanmoins les autorités de régulation ont encadré et fixé des normes strictes d’émissions à 100 mW dans le spectre presque parfait des hyperfréquences micro-ondes, exactement les mêmes que celles du four ménager.

100 mW cela peut effectivement paraître dérisoire pour le profane par rapport au téléphone portable (2 W), au WiMax (5W), aux antennes relais cellulaires d’une macro station (20 W) ou au four MO (1000 W).
Mais que personne ne s’y trompe, même avec 100 mW il est possible de réaliser des liaisons WiFi sur des distances de plusieurs kilomètres, voire pour certaines sur plusieurs centaines de kilomètres bien evidemmment avec des antennes directionnelles (paraboliques) adaptées !.
(photo exemple d'une liaison WiFi de 212 kms)


Le Dr Michèle Froment-Védrine Directrice Générale de l’AFSSET a-t-elle pris connaissance de certains posts de forums ?. Nous pensons qu'il est facile de se rendre compte du niveau de connaissance élevé concernant les technologies du sans fil de certains internautes, celui-ci est peut-être même supérieur à celui du Dr de Seze suite notamment à sa prestation (France 3) dans l’affaire du collège de Betz qui quelques mois après démontre une méconnaissance de la problèmatique des RF issues des RH en 6/50 GHz. (dossier en fin d'instruction).

Cette démarche salutaire aurait du orienter l’AFSSET sur une étude adaptée en adéquation avec l’utilisation réelle du WiFi notamment par les adolescents (position), ceci en fonction de sa puissance.

Porter un dosimètre par exemple à sa ceinture pour mesurer un rayonnement WiFi et en tirer des conclusions a de quoi surprendre, c’est comme si nous allions étudier " l’évaporation de l’eau des rizières dans le sahara ".
Pour étudier le WiFi au vu de la puissance émise, il n’est pas nécessaire d’être un scientifique bardé de diplômes pour comprendre, si tel est le cas, qu'il est évident de pratiquer des mesures d’irradiation au plus proche de la source d’émission en contact ou pas avec une partie du corps ou dans le faisceau des antennes émettrices omnidirectionnelles ou directionnelles.

Dans l’analyse des irradiations en CEM de la  population, il est fondamental de distinguer, l’irradiation ambiante appelée Electrosmog, à l’irradiation locale personnelle "intime"  issue d’un appareil individuel portatif utilisé très près ou contre le corps, ou une irradiation spécifique générée par exemple à cause d'un positionnement fixe d'un poste de travail qui soumet la personne à une exposition pérenne face à un faisceau proche d'une antenne (borne).

Sont concernés un grand nombre d'appareil sans fil, les téléphones portables, les oreillettes de type "Bluetooth", les sources de radiofréquences MO générées par le WiFi des ordinateurs portables, Hot Spots, les bracelets électroniques, les implants RFID, certaines étiquettes RFID actives, etc . . .
Les antennes en général, surtout car proches, celles dites relais en voies montantes et descendantes.
Pareillement les irradiations des hyperfréquences MO générées par les ampoules fluocompactes au niveau du cerveau (la hauteur sous plafond étant de 2,50 m, une personne moyenne se trouve donc près de la source CEM).

Le type de dosimètre (caractéristiques et graphes) employé  dans l’étude de l’AFSSET est effectivement adapté pour des enregistrements globaux d’identifications de sources d’irradiation du corps entier par des antennes relais, et autres, mais totalement inadapté pour des enregistrements précis de zones du corps. La notion du rapport de la distance avec la puissance est un des facteurs important, associé avec le facteur durée d’exposition.
C’est cette trilogie qui pose problème dans le cas par exemple de l’utilisation d’un ordinateur portable WiFi posé sur les cuisses qui génère une source émettrice/réceptrice dont le lobe omnidirectionnel irradie fortement et seulement une zone très proche, donc très précise du corps, en l’occurrence dans ce cas les gonades des utilisateurs ou les ovaires des utilisatrices.
Les premiers résultats de l’étude de l’AFSSET sont totalement biaisés, c’est une constatation de l’évidence.

Force est de constater chaque jour que le WiFi est utilisé par des millions de personnes dont beaucoup notamment chez les jeunes en posant leurs portables sur leurs cuisses, c’est une constation majeure qui n'est pas sans conséquences.
De plus il serait intéressant de savoir dans cette position le temps moyen d’utilisation afin de déterminer le rapport dose/temps qui doit être certainement supérieur à 60 minutes.
 

Les mesures :
Nous avons réalisé des mesures sur une personne utilisatrice d’un ordinateur portable WiFi dans des conditions de réception moyenne.

Le graphe réalisé par une sonde isotropique qui a été placée à un endroit névralgique du corps (entre les cuisses), donne des mesures réelles moyennées totalement en contradiction avec celles de l’étude de l’AFSSET, notamment dans la zone des os de la hanche qui produisent la majorité de nos cellules sanguines, ou des parties reproductrices (gonades) ou pire près de la chaîne des ovaires ! (Dossier scientifique Fertilité et CEM en cours).

D’autres mesures ont été réalisées devant les yeux (solution aqueuse) ou sur la poitrine, évidemment en fonction de la distance les chiffres d’irradiation sont nettement inférieurs
.


L’AFSSET a rendu publique la première partie de cette étude, et évidemment l’ensemble des médias en déduit que le WiFi est une source d’irradiation marginale malheureusement il est constaté avec preuves que dans certaines
conditions, et pas des moindres c’est exactement l’inverse puisque l'étude n'aborde pas l'essentiel ! (protocole ?).


* Photos site AFFSET.

Nous en avons informé le Pr Jean-François Veil qui précise dans sa réponse en date du 11 octobre trois points qui ont leurs importances, suite aux nombreuses réactions des internautes :

" . . . 1. Je n'ai en aucun cas parlé de la nocivité du WiFi mais de l'exposition au WiFi (comme à 11 autres gammes de fréquences), car je n'ai pas étudié les effets sur la santé. Il y a beaucoup plus qu'une nuance dialectique.

2. "Ce scientifique démarre une étude et annonce les conclusions à l'avance". Non, je viens (avec d'autres) de terminer une étude, basée sur des dosimètres qui mesurent l'exposition réelle des individus, dans la vraie vie...

3. "nous allons vérifier les allégations de ce communiqué". Je vous propose plutôt de prendre connaissance des faits scientifiques préliminaires que j'ai rapportés au nom de plusieurs chercheurs (cf. communication en fichier attaché).
Dans quelques mois, nous aurons beaucoup progressé dans l'analyse des résultats. . . . "

Nous remercions le Pr Jean-François Veil pour ces précisions, néanmoins en ce qui nous concerne nous contestons le protocole ainsi que les valeurs d’expositions publiées dans cette étude préliminaire qui ne reflètent en rien la réalité des irradiations du WiFi sur une cohorte spécifique d'humains et notamment sur les adolescents.

Cette étude qui ne prend pas en compte un panel de personnes les plus exposées, ne présente que peu d’intérêt, et participe à la confusion.

Elle est dans le droit fil des études INTERPHONE Scandinavo-Britannique et Française qui définissent par exemple les gros utilisateurs de mobiles sur la base d’un total de 113 h d’utilisation sur 10 ans, soit 113 h : 120 mois = 1 h d’utilisation du mobile par mois, ce qui est totalement ridicule, voire une tromperie scientifique.
Dans ces conditions la dilution des utilisateurs qui n’utilisent quasiment pas le cellulaire biaise encore et encore les conclusions des études, dans sa finalité actuelle cette étude prélimaine de l'AFSSET n'y déroge pas.

Souhaitons que les étapes suivantes soient dans quelques mois en adéquations avec les réalités.

5

Extraits : Emission Reporters du 31 janvier 2008
Une enquête signée Hélène Chevalier
" Inquiétudes autour du WiFi, l'Internet sans fil
"
Témoignages et interviews Pr Jean-François Veil, Michèle Rivasi.

 

- Mails internautes, liens et posts divers associés -

De : Gael Le Maignan de Kerangat [mailto:xxxx.xxxxxx@xxxxxx.xx]
Envoyé : mercredi 10 octobre 2007 09:32
À : Robin des Toits ; Priartem ; Next-up Contact ; contact (riirem
Objet : Fw: Risque WIFI, informations ( . . . modératrice) diffusées par Jean-Francois Viel et l'AFSSET


Pouvez vous diffuser ce communiqué dénonçant la diffusion d'informations (. . . modératrice) par J-F VIEL et l'AFSSET ?
Gael

----- Original Message -----
From: Gael Le Maignan de Kerangat
To: DGCCRF Finances.gouv.fr ; Ministère Ecologie ; IGE ; IGA ; Commissions de sécutité des Consommateurs : xxxx.xxxx@sante.gouv.fr ; xxxx.xxxx@sante.gouv.fr ; Didier Houssin Santé Gouv. ;
Cc:Martine Hours ; Robin des Toits ; Priartem ; Next-up Contact ; contact (riirem ; Lionel Luca
Sent: Wednesday, October 10, 2007 9:27 AM
Subject: Risque WIFI, informations ( . . . modératrice) diffusées par Jean-Francois viel et l'afsset

Bonjour ,
On peut lire partout sur internet un communiqué AFP  concernant le WIFI; comportant cette phrase qui relève du ( . . . modératrice) :

"Comparé aux fours à micro-ondes et aux téléphones portables, le wi-fi c'est pas grand chose",
a commenté Jean-François Viel de la faculté de médecine de Besançon, répondant aux inquiétudes formulées par plusieurs associations à propos du développement du wi-fi (internet sans fil)...

Ce scientifique démarre une étude et annonce les conclusions à l'avance en reprenant textuellement les affirmations ridicules que diffuse Xxxxx Xxxxxx depuis quelques mois en toute impunité ,... (modératrice)! cette étude commence très mal! . . . (modératrice) . . . !

Quel est le sens de la comparaison avec un four à micro-ondes et dans quel but ?. nous allons vérifier les allégations de ce communiqué.

A - Puissances rayonnées mises en jeux:

Un four micro-ondes comporte une porte, celui-ci ne peut s'utiliser que si cette porte est fermée, ce sont les fuites qui peuvent exposer la population.

Le niveau de fuite maximal toléré par les normes est de 5mW/cm2 mesuré à 5 cm à l'extérieur des parois (niveau équivalent à un portable GSM 900MHz).

Le niveau réel mesuré sur des four à micro-ondes se trouve par exemple dans cette étude (Suisse) :
Nous pouvons y lire que le niveau réel des fours neufs et usagés est de l'ordre de 0,41mW/cm2 soit à peu près la même chose qu'une connexion WiFi.

B - Comparaison des puissances rayonnées :

Niveau généré par un four = Niveau d'une connexion WiFi de puissance 0,1W.

Comme vous le savez l'ARCEP a autorisé le WiFi avec une puissance de 2W dans la bande 5.8GHZ soit 20 fois plus que les fours micro-ondes, les experts chargés de . . .(modératrice) . . . la population s'en apercevra officiellement dans 10 ans

C - Distances d'utilisation :

Il me semble que la plupart du temps un four MO s'utilise à un distance que j'estimerai entre 1 m a 1,5 m.

- Les téléphones WIFI s'utilisent "collés" à la tête à distance d'environ 2 cm.
- Certaines personnes font dormir leurs enfants la tête à 20m d'un point d'accès WiFi, et certains utilisent leurs appareils sur les cuisses à moins de 5 cm du corps, puisque l'AFSSET n'a fait aucune recommandation d'utilisation.

Le rapport des distances des différents cas entre Four et WiFi  :
- 1.2m/ 0.2= 6 , - 1.2/0.05 = 24  - 1.2/0.02 =60

D - Rapport des niveaux d'exposition:

Les puissance étant les même se sont les distances qui vont faire la différence des niveaux d'exposition, et c'est le carré des rapports de distances qui va donner le rapport des niveaux d'exposition.

Conséquences :

- Le niveau d'exposition  au WIFI sera donc de 36 a 3600 fois plus élevé que celui lié au four micro-ondes.

- Dans le cas du WiFi à 2W le niveau sera jusqu'a 70000 fois plus élevé que le four MO !

E - Durée d'exposition :

Quelle est la durée habituelle journalière de fonctionnement d'un four à micro-ondes ?
Environ 10 mn par jour.

- Un point d'accès rayonne 24h par jour.
- Utiliser un portable peut être évalué entre 1 à 4H par jour.
- Les accros du téléphone WiFi passeront combien de temps par jour 0 téléphoner 15 minutes, 30 minutes, 1heure, voire plus ?

Il ne fait aucun doute que la durée d'exposition au WiFi est supérieure au four micro-ondes dans un rapport pouvant atteindre 24/ 10' soit 144 fois.

Il s'en suit que le niveau d'exposition au WiFi étant largement supérieur à celui d'un four et sa durée d'utilisation étant beaucoup plus importante, en conséquence les risques potentiels pour la santé d'un four micro-ondes sont négligeables par rapport à l'utilisation du WiFi.

Ces allégations sont donc fantaisistes et n'ont aucune base scientifique, elles seraient risibles s'il ne s'agissait de prévenir des risques concernant la santé publique.

Relire le code de la consommation sur les allégations fausses de nature à induire en erreur (tromperie, tromperie aggravée, publicité mensongère).

Je demande aux autorités de faire cesser immédiatement la divulgation d'informations charlatanesques sur les risques.

Nb : il est tout a fait possible d'utiliser le WiFi en minimisant les risques ,
recommandation classique  d'utilisation des potables,  recommandation de distance 2 à 3 m pour les expositions permanentes à un point d'accès WiFi et 0,6m d'autres appareils électroniques pour les risques liés à la compatibilité électromagnétique (CE).

Gaël le Maignan de Kerangat.

6

Nocivité du WiFi :
Que pensent les Français de ces premières conclusions de
l'AFSSET
et "accessoirement" du Pr Jean-François Veil ?


Sur des dizaines de site web qui ont publiés le communiqué, un exemple :
Clubic.com propose plusieurs centaines de commentaires . . .

- en voici quelques extraits -

" Au dernières nouvelles les fours micro-ondes ne marchent pas en permanence;
Donc cette remarque du responsable de l'étude est au mieux une maladresse et au pire (hélas)
une preuve de son incompétence.

______________________________________________


"D''après ses études précédentes, ce professeur est sérieux, il a dénoncé la nocivité
des pesticides et des incinérateurs. Mais ses conclusions sur le wi-fi sont en contradiction totale
avec celles d'un groupe d'experts dont Clubic a récemment parlé. Et le portable est dangereux d'après
les experts auteurs de la plus grande étude à ce sujet financée par l'Union Européenne,
interviewés dans le documentaire "Portables en accusation" diffusé sur France 2
et téléchargeable sur emule.
Les multiples commissions scientifiques françaises chargées d'enquêter sur la nocivité
de l'amiante ont toutes concluent pendant plus de 20 ans à sa non nocivité !
Pourtant aujourd'hui l'usage de l'amiante est interdit
et cette substance est déclarée très dangereuse et pour désamianter les locaux
les intervenants doivent revêtir des combinaisons totalement étanches.
Lors du passage du nuage radioactif de Tchernobyl sur toute l'Europe,
nos "scientifiques" nous ont certifié que le nuage était très loin et que l'on pouvait manger
les salades et autres champignons; on connaît aujourd'hui la vérité.....

Toutes ces scandales avaient été pourtant clairement dénoncés, et en leur temps,
par des gens déjà qualifiés de "paranoïaques de la conspiration internationale ou d'hypocondriaques"

___________________________________________________


C'est quand même carrement dingue que certains utilisent encore l'argument de
"tu as bien une voiture" ou "tu fumes"....ou "ton portable c'est pire" ou d'autres
"Avec le principe de précaution, on aurait pas de voiture, ni de vaccins......"

Dois-je informer que cela n'a jamais été et que cela ne sera jamais des arguments !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Il y a un problème : "est-ce que les ondes wi-fi peuvent avoir un impact sur la santé (cancer, irritabilité, perturbation du sommeil, maladie, etc,etc......)"

et l'AFSSET lance une étude en équipant des gens et en disant
"l'exposition est négligeable comparé aux autres expositions"...
et elle conclu : "l'installation de borne WI-FI n'a pas d'impact sur la santé".....

Et les pro-progrès disent qu'on veut retourner à l'âge des cavernes....

Faut arrêter....cette étude est ridicule,
ne réponds pas à la question et surtout tire de fausse conclusion.
Je suis ce qu'on appel un scientifique (par les études et l'emploi....)
et cette étude n'a rien de scientifique......ou si l'étude est scientifique, la conclusion ne l'est pas.

On pose une question , on veut une réponse........
POINT et cette étude n'amène rien de plus que ce que l'on pouvait supposer.......

Après, posont nous la question du gérant de l'hotel qui vie en permanence à côté de l'émetteur Wi-Fi;
du vendeur Mac Do qui travaille à quelques mètres de l'émetteur....et pire,
de celui qui bosse avec son portable sur les genoux, ou je ne sais quoi....

Chaque fréquence a un impact différent sur le corps (voir un comportement différent sur chaque corps -
voir l'étude de l'impact des ondes GSM sur la vue suivant la morphologie du visage....),
on ne peut comparer les GSM et le Wi-Fi.....

Enfin, pour ceux qui n'ont pas encore compris : j'aime faire les choses en connaissance de cause.

Je sais que le soleil émets des rayonnement nocif, je choisi de me mettre au soleil.
Je sais qu'un barbecue m'amène à bouffer des nirtosamines cancérigènes ; c'est pas pour cela que je
refuse de manger un barbecue avec des amis........
il m'arrive de manger Mac Do et de prendre ma voiture........

je vis pas trop loin d'une ligne à HT (après avoir analysé et réfléchit au bénéfices/mauvais côtés).
Chacun est différent et chacun doit connaître et choisir dans son environnement, le risque qu'il prends.......

alors, qu'on me dise si le Wi-Fi est nocif ou pas, et a quel niveau....après, je choisirai.....
Mais qu'on ne me dise pas "la majorité de la population ne prend pas de risque" ou
"les autres risques de la vie de tout les jours sont plus important" ou
"tu as plus de chance de mourir en voiture....."

Il y a des gens qui crèvent de leucemie à cause des lignes H.T........
peut être que dans leur cas précis, une information l'aurait évité.......

________________________________________________

Alors, à chacun de décider du risque qu'il prends...
Et pour cela, il faut informer correctement........et c'est ce qui est contesté ici.......

"en tout cas pour l'instant, on ajoute, on ajoute,...et c'est pour cela que c'est ridicule de dire
"c'est bon, c'est moins nocif que celle-là qu'on utilise déjà..."
et ça, il y a des millions de personnes en France qui n'y pensent même pas !!!"

_________________________________________________

"Ca me rappelle l'amiante, les peintures au plomb, Tchernobyl. Le tout minimisé en leur temps.
Bref pour ma part le wifi rajoute une petite dose d'onde complémentaire
qui additionnée au reste peut devenir des plus nocif."

______________________________________________


"encore une étude qui sert à rien à part rassurer les incultes !
moi je voudrais faire avoir l'expérience d'un test de profil répandu :
l'étudiant qui vit dans une chambre de 9m2, avec un micro-ondes par terre,
son portable toujours allumé en train de sonner ou de recevoir des SMS alertes de forum et
ayant une borne WiFi tout le temps allumé même la nuit.
ça fait beaucoup ça non ? et pourtant c'est un profil de gens et d'utilisation on-ne-peut-plus répandu !"

______________________________________________

"Pour ceux qui sont moins sensibles, n'avez vous jamais remarquer que
lors de coupure d'électricité générale on se sent moins lourd/mieux?
Perso depuis que j'ai coupé le WIFI chez moi, je n'ai plus de migraine,
auparavant c'était aspirine quotidiennement"

____________________________________________

"Si les fabricants de périphériques wifi paye le "professeur Jean-François Viel"
pour lui faire dire ce que tout le monde a envie d'entendre, on est pas dans la . . . "
.

______________________________________________

Dans un cas on nous dit que les fours micro-ondes sont dangereux et dans l'autre on nous dit
que le wifi à côté du micro-ondes ce n'est rien, alors que c'est bonnet blanc et blanc bonnet !!!
Tu es le genre de personne qui aurait écouté les scientifiques pendant Tchernobyl ,
c'etaient des scientifiques, et qui à mis au jours les réelle risque comme
tu dis des pseudo-scientifiques.
Je ne comprends pas que les tests n'aient pas été réalisés
AVANT
la sortie sur le marché public de la technologie WI-FI.
C'est pareil que pour le portable : une fois qu'il est sorti et qu'il s'est bien implanté dans la vie de tous
les jours on s'interroge sur sa nocivité alors qu'il aurait été plus intelligent de le faire AVANT qu'il ne sorte. Maintenant c'est trop tard, qui pourrait bien faire interdire les téléphones portables ?

________________________________________________


Ce qui m'interpelle à chaque fois sur ce type d'étude, c'est que l'on se préoccupe de l'effet
sur la santé des utilisateurs une fois que les produits sont commercialisés
et commencent à bien entrer dans les habitudes de vie.
Moi personnellement j'ai viré le wifi après quelques maux de tête,
je dois être sensible mais sa fait chauffer la tête ce truc ^^.
C'est drôle mais j'ai eu exactement la même chose,
pourtant je n'avais pas connaissance de la nocivité du wifi,
je peux comprendre qu'on puisse avoir du mal à y croire mais pourtant c'est bien le cas.
Le jour ou ils comprendront que la mesure comparative n'est pas tout, et qu'il penseront au
moins à dire "mais n'oublions pas que cela fait une technologie de plus..." on parlera d'article sérieux.
Si il suffit de sortir une technologie dont la puissance est plus basse qu'une existante pour que l'on dise
"c'est bon elle est pas dangereuse..." c'est n'importe quoi.

Un exemple: on place le professeur Jean-François Viel à côté d'un radiateur de 1500W, et puis on lui dit, comme c'est moins chaud et moins dangereux, on va vous en ajouter un de 1000W, puis un autre de 900W, puis même si on ajoute ensuite que des radiateurs de 100W, il va finir par brûler notre professeur...

Le Wifi ne vient pas remplacer une technologie plus nocive, il s'ajoute, pour souvent remplacer des câbles ethernet dont on sait qu'ils sont moins mauvais... mais il arrive qu'ils soient visibles, oh drame.
Le wifi peut être intéressant dans certains cas, mais surexploité comme on nous pousse à le faire,
ce n'est que pour le fric, et ce fric n'est pour aucun de vous.

___________________________________________


"C’est vrai que la question se pose… Simple remarque :
la plupart des gens qui ont le wifi y sont exposés en permanence quand ils sont chez eux.
Le micro-ondes c’est quelques minutes par jours tout au plus…
Une bonne idée serait de mettre un bouton on/off pour le wifi sur les box,
ce qui éviterait d’avoir à passer par l’interface web ou par telnet pour couper le wifi"

__________________________________________

"quand on lit cela « Comparé aux fours à micro-ondes et aux téléphones portables, le wi-fi,
c’est pas grand chose », on peut se faire du soucis sur l'étude.
Il ne fait donc aucun doute que ces experts devraient apprendre a lire et a compter ,
la réalité est exactement le contraire de ce qu'ils racontent l'exposition du a un four
est donc négligeable par rapports au wifi et dans le pire des cas équivalent à distance égale."

____________________________________________

"Ce qui est sur, c'est qu'il y'a des choses, qu'on connaît - ou pas - qui provoquent le cancer.
C'est peu etre une addition de petites choses, c'est peut être quelque chose de flagrant,
mais jamais y'a eu autant de cancers que de nos jours, et ça va pas en diminuant.
Ces technologies ou notre environnement n'aident clairement pas à réduire ce genre de maladies,
cependant le principal facteur de risque sera malheureusement toujours l'utilisateur, et son addiction."

__________________________________________


" Là où est le problème c'est sur le long terme.
Car dans toute réaction chimique il y a des réactions chimiques parasites.
Et il se forme des composés que l'on ne désire pas (exemple la dioxine de Séveso)
favorisé par différentes conditions ici on suppose le wifi.
Et le problème c'est que la plupart du temps le temps que prend ces réaction à ce faire est très très long.
Et si dans les usines chimique ce n'est pas un problème (car on aura fabriqué le produit chimique
plus vite que les produits parasites) au niveau de la santé c'en est un.
C'en est un par plusieurs aspects.
Le corps humain peut très bien stocker ces produit parasites sur de très longues périodes,
on peut très bien ne pas connaître ces produit parasites et leur toxicité,
ils peuvent être masqués par d'autres composants du corps humain...

c'est un peu comme le tabagisme passif. tu ne fumes pas mais tu profites des fumées des fumeurs.
Les bornes wifi et autre techno sans fils ont devrait pas avoir à les subir."

_______________________________________________

" des personnes comme des documentalistes en bibliothèques se prennent dans la figure
des ondes wifi amplifiées toute la journée, le point d'émission étant carrément sur leur bureau,
et émettant / réceptionnant sans aucune interruption 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7..."

__________________________________________


"quand les émetteurs Wimax vont être déployés en rase campagne,
on va vraiment voir ce que c'est un barbecue géant à ciel ouvert.

"Attendez que le WiMax commence à tirer les couvertures . . .:
les débats vont fuser si les tests rigoureux et sérieux se font toujours autant attendre . . ."

 

Le Dossier Vulgarisation Grand Public WiFi