Next-up Sommaire - Informations sur les irradiations des ondes électromagnétiques


     

 
-01- Dernières News
Latest News
-02- Décret n°2002-775
du 3 Mai 2002
-03- Dossiers / Actualité
Files / News
-04- Projet de Loi / Charte
Law Project / Charter
-05- Auto-diagnostic/Probl.
Self Diagnosis/Problematic
-06- Téléphone Mobile
Mobile Telephone
-07- Antennes Relais TM
MT Relay Antennas
-08- Mesures / Pulsations
Notions de Bases TM
-09- Lanceur Alerte / stats
The Whistle Blower
-10- Témoignages
Testimonies
-11- Enquête Riverains
Enquiry neighbouthood
-12- ElectroSensibilité EHS
ElectroSensibility EHS
-13- Météorologie / CEM
Meteorology / EMF
-14- Protections CEM
Protection EMF
-15- Informations / Livres
Informations / Books
-16- Database Vidéothèque
Video Database
-17- Fonds Photos
Set of Photographs
-18- Justice - Procès
The Law - Trial
-19- OMS, AFSSET, INVS
AFOM, ART, AMF, ANFR
-20- Ils ont dit ...
They said ...
-21- Statuts / Règlements
Statutes / Conditions
-22- Liens
Links
-23- Moteur Recherche
Glossary/Glossaire
-24- Courriers / Mails
-25- Le FORUM
-26- Ecoutez les News
Tech. ReadSpeaker
-27- Doc. Professionnelle
Professional Doc.
-28- INTERNATIONAL

- Last Update: 11-11-2006 -

 

 PHC2i: Consulting, Ingénierie, Informatique ...


 

Rechercher sur le site de Next-up :

Next-up - Informations sur les irradiations des ondes électromagnétiques
 


                 
Next-up news . . . l'information en continue

- 09 2006 : dossier AFSSET*-
encore plus...hallucinant !
*
AFSEET : Agence Française de Sécurité Sanitaire et du Travail
(Autorité Gouvernementale de Santé de France ayant en charge la Téléphonie Mobile)

Le rapport complet de l'IGAS (100 pages)

   
i TELE
JT 13 09 2006

France 2
JT 13 09 2006
 
(en construction)


- Les Déclarations publiques d'intérêts des Experts de l'AFSSET
A D2

 

Lettre Ouverte au Président de l'AFOM
A
ssociation Française Opérateurs Mobiles

 

Agir pour l'Environnement - PRIARTéM - 13 septembre 2006
- Lettre ouverte-
Rapport de l’IGE/IGAS sur l’expertise de l’AFSSE : L’heure des réformes !



- Marc Filterman -
Dossier 1 : (13 septembre 2006)
- Enquête de l'IGAS sur l'impartialité des experts de l'AFSSE.

Dossier 2 :
(Comeback 2005 . . . explicite et plus que jamais d'actualité !)
- Les futurs GARETTAS du sang contaminé sur la ligne de départ.
"Nous pouvons aussi parler des futurs fusibles de ce nouveau scandale sanitaire
..."

 

Téléphonie mobile Ondes troubles. (cliquer)


Mobile et santé : les rapports
inter-ministériels mis en cause


L'AFSSE, experts de la falsification scientifique. (cliquer)


13 Septembre 2006

" On a fait plier l'Etat"
STEPHEN KERCHOVE délégué général d'Agir pour l'environnement

Que pensez-vous de cette enquête ?
Stephen Kerchove. Il confirme les dérives répétées que nous dénonçons depuis des années.
Il a fallu que l'Igas mène une enquête pour qu'on s'aperçoive que les rapports d'expertises soit-disant indépendants présentent des irrégularités. Les experts scientifiques, en charge de protéger notre santé, c'est à dire de savoir si les antennes et les portables sont dangereux, ne doivent pas être payés par les opérateurs. C'est la base même de la crédibilité.

Mais pourtant les autorités font preuve de transparence elles ont publié ce rapport sur internet . . .
Vous plaisantez ! Cette enquête était enterrée et nous les avons obligées avec Priartem, à la rendre publique. Ce rapport a été rendu au ministre de la Santé et de l'Environnement il y a huit mois.
Nous l'avons demandé, aucune réponse. Avec un avocat, nous sommes revenus à la charge et avons saisi la Commission administrative d'accès aux documents, l'arme ultime pour faire plier l'Etat.
Quelques jours plus tard, l'enquête était mise en ligne en catimini sur le site de la Documentation française . . .

Qu'allez-vous faire ?
Cette agence ne remplit pas son rôle.
Ses rapports scientifiques ne sont plus valables.
Il faut repartir de zéro, ce sera le seul moyen de regagner la confiance des citoyens. Nous allons examiner des moyens d'agir, y compris en justice.
PROPOS RECUEILLIS PAR E.G.

 


Santé. L'Agence de sécurité décrédibilisée par ses deux expertises.
Des rapports sur le mobile embrouillés
Par Eliane PATRIARCA
QUOTIDIEN : Mercredi 13 septembre 2006 - 06:00

Mais à qui peut-on se fier ?
L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) ressort décrédibilisée du rapport mis en ligne lundi sur le site web du ministère de l'Ecologie. Réalisé par l'Inspection générale de l'environnement (IGE) et l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), il pointe le manque de rigueur et d'indépendance des experts de l'Afsset. En général, et plus particulièrement dans le domaine de la téléphonie mobile. Achevé en décembre 2005, ce rapport n'a été rendu public que cette semaine et ce, grâce à deux associations ­ Priartem (1) et Agir pour l'environnement ­, qui harcèlent depuis huit mois les ministères de la Santé et de l'Ecologie pour l'obtenir.

L'Afsset a rendu deux expertises sur l'usage prolongé du téléphone portable, en avril 2003 et en juin 2005. Elles concluaient à l'absence d'impact identifié sur la santé, tout en recommandant le port d'oreillettes.

Mais le rapport IGE-Igas souligne les biais méthodologiques de ces travaux. Les inspecteurs regrettent «la faiblesse juridique qui a prévalu à la nomination» des experts. A titre d'anecdote illustrant la collusion de certains avec l'industrie, ils relèvent que plusieurs n'ont pas hésité, en décembre 2002, c'est-à-dire durant leur expertise pour l'Agence, à publier des articles dans un numéro spécial du magazine Impact Médecin, sponsorisé par... un opérateur de téléphonie.

Le rapport établit surtout que, parmi les dix membres du groupe de travail de la deuxième expertise Afsset, l'un a un «lien direct» et deux autres un «lien indirect» avec des opérateurs de téléphonie mobile, en contradiction avec le règlement intérieur de l'Agence. Il conclut que «les travaux en matière de téléphonie mobile se sont déroulés avec des défaillances relatives à la méthode suivie sur les procédures». Aujourd'hui, Agir pour l'environnement et Priartem réclament que soit immédiatement lancée une «expertise pluraliste, contradictoire et transparente» sur les effets sanitaires de la téléphonie mobile. Ils demandent aussi une réforme profonde du fonctionnement de l'Afsset.

(1) Pour une réglementation des implantations d'antennes-relais de téléphonie mobile.


SANTE
Une expertise sur les mobiles
mise en cause

NOUVELOBS.COM | 12.09.06 | 18:37

Un rapport dénonce les liens étroits entre l'Afsset, qui étudie les dangers du portable, et les industriels.

 
(Sipa)
 
U n rapport mettant en cause l'expertise de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) dans la téléphonie mobile, a été publié sur le site internet du ministère de l'Ecologie, ont annoncé, mardi 12 septembre, deux associations écologistes.
Ce rapport, établi par l'Inspection générale de l'environnement (Ige) et l'Inspection générale des affaires Sociales (Igas), met en cause les modalités de désignation des experts de l'Afsset, ont estimé Agir pour l'environnement et PriarTém (Pour une réglementation des implantations d'antennes relais de téléphonie mobile).
Ces deux associations avaient saisi la Commission d'accès aux documents administratifs (Cada) pour obtenir la publication de ce rapport.
Le rapport de l'Ige/Igas "met parfaitement en lumière les biais méthodologiques relatifs à l'expertise menée au sein de l'Afsset, plus particulièrement sur la question de la téléphonie mobile", ont-elles estimé, dénonçant les "liens trop étroits entre expertise et industrie".

Méthode

Les deux Inspecteurs de l'Ige et de l'Igas "regrettent, à propos de la nomination des experts, la faiblesse juridique qui a prévalu à leur nomination".

Ils estiment que les travaux de l'Afsset en matière de téléphonie mobile "se sont déroulés avec des défaillances relatives à la méthode suivie sur les procédures...
De ce fait, l'Agence a pris le risque d'hypothéquer le travail des experts par des irrégularités de forme, sur lesquelles pourrait s'arrêter un juge en cas de contentieux"
Cette inspection commune de l'Ige et de l'Igas avait été déclenchée suite à des propos publics du président du conseil d'administration de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail, Guy Paillotin, faisant part en octobre de sa "désillusion" sur l'expertise.
"Face à l'engouement des Français en matière de téléphonie mobile (plus de 40 millions d'utilisateurs) et l'utilisation de plus en plus précoce du portable chez les adolescents et enfants, Agir pour l'Environnement et PriarTém réclament le lancement immédiat d'une expertise scientifique pluraliste, contradictoire et transparente", ont-elles indiqué.

 

Communiqué de presse
du 12 septembre 2006
d'Agir pour l'Environnement et PRIARTéM



- 2005 : dossier AFSSET -
. . . hallucinant !


Santé - 14 10 2005
Enquête Igas sur l'Agence de sécurité
sanitaire et d'environnement

Eric Giacometti

ÇA CHAUFFE à l'Afsse, Agence française de sécurité sanitaire et d'environnement, en charge des dossiers chauds sur les risques des téléphones mobiles, des antennes, des risques chimiques, etc. Selon nos informations, le ministère de la Santé a pris la décision de lancer une enquête conjointe Igas (inspection générale des affaires sociales) et IGE (inspection générale de l'environnement) sur le « bon respect des pratiques scientifiques » de l'Afsse.
Une petite bombe, l'Igas ayant pour mission de mettre son nez là où il existe des soupçons de dysfonctionnements sérieux. La décision a été prise à la suite des accusations portées par le propre patron de l'Afsse lors d'un colloque au Sénat lundi. L'enjeu est important, l'Afsse émet des avis ayant des répercussions sur la vie quotidienne, à commencer par les risques, réels ou hypothétiques, sur les portables.

Assistance médusée.

Lundi dans la matinée, dans la salle Clemenceau du Sénat, l'association Orée organise un colloque sur l'indépendance des experts devant 400 chargés d'environnement de grandes entreprises mais aussi des responsables d'association. Selon les témoins sur place, Stephen Kerckhove, délégué général de l'association Agir pour l'environnement, a interrogé Guy Paillotin, président de l'Afsse, sur le manque d'indépendance des experts scientifiques. Au lieu de s'en tenir à la traditionnelle langue de bois, Guy Paillotin lance : « Je vous admire d'avoir encore de l'espoir en l'Afsse, pour ma part mon propos est teinté de désillusion, c'est effectivement un lieu de pouvoir et, comme tout lieu de pouvoir, il est creux (...) j'ai indiqué à la direction générale de l'Afsse que nos expertises ne tenaient pas devant devant une expertise juridique. » Devant l'assistance médusée, il cite un rapport de 2003 innocentant les mobiles et les antennes-relais et dont certains des scientifiques étaient en prise d'intérêt avec des opérateurs de téléphonie :
« L'expertise de l'Afsse sur la téléphonie mobile n'a jamais suivi de près ou de loin les règles que l'Afsse s'est fixées elle-même », et d'ajouter : « C'est une expertise que je considère comme n'existant pas... »

Une agence dans le collimateur.

Même la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, responsable du pôle de santé publique, assise à ses côtés, n'en croit pas ses oreilles quand Guy Paillotin précise que « l'expertise ressemblera de plus en plus à de la téléréalité ». L'affaire aurait pu se tasser si les débats n'avaient été enregistrés et diffusés par Agir pour l'environnement, ravie de tirer sur l'Afsse. L'agence a publié hier un communiqué de Guy Paillotin revenant sur ses déclarations : « Les propos reconstitués que l'on me prête et qui ne reflètent pas ma pensée ni mes préoccupations les plus profondes (...) les qualités scientifiques du rapport et de ses experts ne sont pas ici remises en cause. » Interrogée par notre journal, Mme Michèle Froment-Vedrine, directrice de l'agence, a répondu : « Je suis sidérée par ces déclarations, si elles viennent effectivement du président, de toute façon il était en fin de mandat et devait quitter son poste. »
C'est un nouveau coup dur pour cette agence au budget ridicule, 20 millions d'euros et 84 salariés, qui avait déjà vu son directeur scientifique, le très réputé Pr Denis Zmirou, claquer la porte avec fracas en milieu d'année.




 

 

 

Réactions des Scientifiques du CISF / CEM au Rapport 2003 de

I' Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale (AFSSE).
 

- 2l mai 2005 -

Roger SANTINI Docteur d 'Etat ès-sciences. Pierre Le RUZ Docteur en Physiologie.
Commentaires sur le rapport* à la Direction Générale de la Santé (DGS)
d’un groupe d’Experts rattachés au Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France * sur les Extrêmement Basses Fréquences (EBF) remis le 8 novembre 2004